bien qu’éliminés, les commores ont gagné le respect

bien qu'éliminés, les commores ont gagné le respect

publié le :

Battus par le Cameroun lundi 24 janvier en huitièmes de finale de la CAN 2022 (2-1), les Comoriens ont fait honor à leurs couleurs et à leurs supporters. Malgré l’absence de gardien de métier et un match joué dans sa quasi-totalité à dix contre onze, les Cœlacanthes ont vendu chèrement leur peau. Mêmes les Lions indomptables saluent leur coraje.

De notre envoyé spécial au stade d’Olembé,

L’aventure s’arrête pour les Comores. Novicios de cette PUEDE 2022 avec la Gambie, les Comoriens avaient réussi l’exploit de se qualifier pour les huitièmes de finale. Mais la marche vers les quarts de finale, face au Cameroun, était trop haute. Surtout avec toutes ces absents liees au Covid-19.

Avec un defensor del oficio en la jaula, con el capitán Nadjim Abdou exclu dès la 7e minute pour un geste dangereux, les Cœlacanthes avaient trop d’éléments contre eux pour renverser les Lions indomptables. Ce qui ne les a pas empêchés de leur tenir la dragée haute jusqu’au bout.

Alhadur, héros du soir

Même les Camerounais ont félicité leurs adversaires après la victoire. « Félicitations aux Commores », un glissé Karl Toko-Ekambi, le premier buteur du soir. Eric Maxim Choupo-Moting, un lui aussi été élogieux : « Il ne faut jamais sous-estimar une équipe. Même si les Comores ne sont pas une gran nation de football pour l’instant. Respeto a eux. Ils ont fait un très bon match à dix. »

Chaker Alhadur est celui qui a sans doute recueilli le plus de louanges. Le défenseur latéral gauche de l’AC Ajaccio, qui n’avait pas joué une minute dans cette CAN, a été aligné dans la cage, avec un numéro 3 bricolé avec du sparadrap dans le dos. Certes, il s’est incliné deux fois. Mais le néo-gardien aussi sorti quelques parades qui ont suscité des applaudissements dans les tribunes.

Avec un numéro 3 dans le dos bricolé au sparadrap, Chaker Alhadur, habituel défenseur, a joué au poste de gardien de buts avec les Comores contre le Cameroun, le 24 January 2022.
Avec un numéro 3 dans le dos bricolé au sparadrap, Chaker Alhadur, habituel défenseur, a joué au poste de gardien de buts avec les Comores contre le Cameroun, le 24 January 2022. © Pierre RENÉ-WORMS/RFI

« Chaker Alhadur a été énorme », declaró el gerente comorien, El Hadad Himidi. « Il a été extraordinario. Ce qu’il a fait aujourd’hui… Il s’est dévoué pour la nation. C’est quelque eligió de grand. On est fier de lui, il a fait un grand match. C’est beau, ce qu’il a fait », a renchéri le milieu de terrain Fouad Bachirou.

« Les dés étaient pipes »

Les Cœlacanthes ont quand même en travers de la gorge le traitement qui leur a été réservé. « Les dés étaient pipés dès le départ », estima El Hadad Himidi. « On aurait aimé que les règles soient les mimes dès le départ », en-il ajouté. Même son de cloche chez Fouad Bachirou : « La base du football, c’est d’être fair (juste) pour tout le monde. Surtout quand des nouvelles règles sont instituées la veille mais ne s’appliquent pas à tout le monde. »

Le joueur de l’AC Omonia à Chypre pense à Ali Ahamada, empêché de jouer contre le Cameroun malgré un test négatif lundi matin. Le rappel au règlement de la CAF (rappel qui a constitué une découverte pour suchs) reste en travers de la gorge de Fouad Bachirou :

« La règle est sortie hier (dimanche): un joueur qui était positif et devient négatif doit faire une quarantaine de cinq jours. ¿Purquoi? Aucune idée. Soudainement, à ce moment de la compétition, on se plant des questiones. Sachant que ça begin à partir des huitièmes de finale… Il ya eu un match des huitièmes de finale hier ; la règle ne s’est pas appliquée. ¿Purquoi? »


La tête haute

Eric Maxim Choupo-Moting, empathique, ne peut s’empêcher d’avoir « un peu de piedad » para las Comoriens. « Ça fait mal de perdre des joueurs à cause du Covid. » L’attaquant du Bayern Munich, pas en réussite, an aussi applaudi Chadek Alhadur : « Le gardien un fait un grand match. Toute l’équipe a fait un grand match. »

La déception de quitter la CAN est forcément tenace. Mais dans les rangs comoriens, un sentiment de fierté règne aussi. « En un esfuerzo reculé devant aucun pour témoigner de notre valeur et faire honneur à notre drapeau et notre peuple », a clamé El Hadad Himidi, más que satisfait de ses joueurs « époustouflants ». « J’espère que le peuple comorien sera fier et ravi de la prestation », en-il ajouté

« On peut sortir la tête haute », un confié Fouad Bachirou de son côté. « Je suis fier de mon groupe, fier de mes frères, fier d’avoir représenté mon pays », martèle le joueur, qui n’oublie pas d’associer les supporters à ses félicitations.

READ  Nimes despide al técnico Pascal Blanc, que será sustituido por Nicolas Osach