« On m’a proposé 15 million d’euros pour que je ne publie pas mon enquête », asegura Victor Castanet

15 millones de euros en été proposés par un intermédiaire du groupe au journale Victor Castanet pour qu’il ne publie pas son enquête sur les Ehpad Orpea

Son enquête publiée dans le livre « Les Fossoyeurs » place les Ehpad Orpea au coeur de la tourmente. El periodista Victor Castanet avoué avoir subi des pressions pour qu’il ne publie pas cette enquête dénonçant les conditions de vie des résidents. « J’ai subi pendant cette enquête un cierto nombre de pressions pour éviter d’aller au bout de cette research. Et effectment, il est arrivé qu’à la moitié de l’enquête qu’un intermédiaire me propuse une importante somme d’argent pour me dissuader d’aller au bout », en-il afirmar dans C à Vous sur France 5 martes

combinado? «15 millones de euros», Selon le journale. Il précise que ce n’est pas le groupe Orpea qui lui a proposé cette belle somme d’argent mais « un intermédiaire ». Sur BFMTV, Victor Castanet y confirmé avoir « reçu des pressions et des menaces de la part du groupe mais aussi des gens qui ont participé à cette enquête. Des source qui, du jour au lendemain, après avoir été contactées par le groupe, ont fait machine arrière».

Rentabilidad

Dans son livre « Les Fossoyeurs », Victor Castanet dévoile dans une vaste enquête sur comment les dirigeants du groupe Orpea ont mis en place un système où les soins d’hygiène, la price en charge médicale dest pouré les repasé am rentabilité de l’entreprise . Et ce, alors que les séjours des résidents sont facturés à près de 6 500 euros par mois la chambre d’entrée de gamme. «Le staff soignant est obligé d’être maltraitant car il fait face à un système violento de réduction des coûts mis en place par Orpea», explique-t-il.

READ  ¿Betadine para luchar contra Covid-19? Este extraño consejo de antivaxis se está extendiendo por la web

La publicación des «bonnes feuilles» du livre dans le journal Le Monde an entraîné la chute du titre du groupe français en bourse. Hijo director general, Jean-Christophe Romersi, será convoqué par le gouvernement « dans les plus brefs délais, pour que la lumière soit faite », a précisé mardi la ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon.