Linda Evangelista: défigurée par un soin esthétique, l’ex-maniquí se confie

Linda Evangelista ne veut plus se cacher. Alors que son corps a été déformé par une intervention esthétique, la mannequin star des années 1990 sort de l’ombre.

Elle s’est confiée en exclusivité au magazine américain People, dont elle fait la Une, et dans lequel elle a décidé de dévoiler des photographies de son corps abîmé. En efecto, depuis cinq ans, la mannequin de 56 ans vit un cauchemar après avoir eu recours à une procédure esthétique de cryothérapie, la cryolipolyse, qui consiste congeler les graisses. Sauf que l’intervention a mal tourné. Linda Evangelista a été victime d’effets secondaires qui touchent moins de 1% despatients – l’hyperplasie adipeuse paradoxale – avec pour conséquences de voir les zones traitées gonfler puis durcir de manière permanente.

Un drame que la mannequin star a voulu rendre public, après des années de silent et d’isolement. «Je ne peux plus vivre comme ça, dans la clandestinité et la honte. Je ne peux plus vivre dans cette douleur. Je veux enfin parler», an ainsi confié la quinquagénaire au magazine, revenant sur les séquelles physiques et psychologique avec lesquelles elle vit aujourd’hui.

Une perte d’identité

«J’adorais être sur le podium. Maintenant, j’ai peur de croiser quelqu’un que je connais», explica Linda Evangelista, qui après l’apparition de ses premiers gonflements en 2016, s’est d’abord astreinte à un régime drastique la laissant affamée. «J’en suis arrivée à un point où je ne mangeais pas du tout. Je pensais que je perdais la tête», at-elle expliqué dans les colonnes de People, avant finalement de subir dos operaciones de liposucción.

Elles n’y feront rien, laissant le corps de Linda Evangelista déformé et doulouureux. «Les renflements sont des saillies. Et ils sont durs. Si je marche sans ceinture dans une robe, j’aurai des frottements au point de presque saigner. Parce que ce n’est pas comme un frottement de graisse molle, c’est comme un frottement de graisse dure» explique-t-elle. Autre conséquence de ces excroissances, la mannequin précise ne plus pouvoir «mettre (ses) bras le long de (ses) côtes». «Je ne pense pas que les designer voudront m’habiller avec ça», poursuit-elle. Une incapacité à travailler qui a conduit la star à entamer des poursuites judiciaires contre la société mère de CoolSculpting, Zeltiq Aesthetics Inc.

Blessée dans sa chair, Linda Evangelista l’est aussi psychologiquement. Après avoir défilé pour les plus grands, l’ex-top model confie «ne plus pouvoir se lookinger dans un miroir». «Je ne me reconnais pas physiquement, mais je ne me reconnais plus non plus en tant qu’individu». Linda Evangelista «est en quelque sorte partie», témoigne celle qui prend aujourd’hui la parole pour tenter de se reconstruire, mais aussi pour les autres femmes. «J’espère que je pourrai me débarrasser d’une partie de la honte et aider d’autres personnes qui sont dans la même position que moi», a souhaité la star.

READ  Su último hogar en Set, un "cementerio para los pobres" frente al estanque